Blog du Parti Socialite :

Zoubida Naili 

2007. Nous y sommes.

Pétards, fusées et sirènes de pompiers résonnent encore dans nos oreilles. Et Strasbourg conserve toujours la tête du classement des villes selon le baromètre désormais en usage du nombre de voitures incendiées…
Et pourtant, vous l’avez certainement relevé, les médias ont traité avec une véritable discrétion ce « problème ».
Alors qu’il y a quelques années encore, toutes les TV et radios passaient en boucle les images et informations sur ces voitures brûlées…
Alors que certains candidats en faisaient leurs choux gras lors des campagnes municipales, et entretenaient ainsi la réputation des quartiers en feu et l’insécurité, au détriment du travail qui y était mené par de nombreuses associations.

Qu’avons-nous gagné à Strasbourg en attisant toutes ces tensions ? Une carte dans le jeu « Trivial Poursuit », avec la question : « Quelle grande ville française a été victime de dizaines d’incendies de voitures au cours de la nuit du nouvel an 2002 ? ». Bien triste consolation.

Mais comment s’est passé le passage de 2006 à 2007 ?
Ce que beaucoup ne voient pas, ce sont tous ces préparatifs réalisés en amont. Pendant que beaucoup s’activent pour faire leurs derniers achats, pour accueillir des amis ou encore pour réveillonner en famille, d’autres ne comptent plus leur temps pour l’organisation d’une fête de quartier, pour la préparation d’un repas au profit des personnes sans abris, pour rendre des visites à des personnes âgées seules. Pour s’assurer que la nuit se déroulera de façon la plus sereine dans les quartiers…

J’ai fait le choix, comme depuis plusieurs années, d’aller à la rencontre de ces nombreux bénévoles, jeunes et moins jeunes, qui ont à coeur de développer la rencontre et la solidarité.
Plutôt que de faire le tour rapidement des nombreuses manifestations proposées à la Cité de l’Ill, au Marais, au Guirbaden, au Canal, à Cronenbourg ou encore à Hautepierre, j’ai passé un moment au Centre social et familial Victor Hugo, au coeur du quartier des Ecrivains, quartier de mon enfance, où j’ai travaillé autrefois.
Etre au coeur de ce quartier, dont la particularité est d’être située à cheval sur deux communes – Bischheim et Schiltigheim – était pour moi un véritable retour aux sources. Car pour moi, candidate aux élections législatives, cette nuit avait un caractère encore plus particulier. Je souhaitais apporter mon soutien, mais aussi ma joie de partager ce temps de fête avec les habitants et bénévoles qui ont à coeur que leur quartier batte non pas au rythme des sirènes, mais à celui des percussions et autres instruments de musique.
Ce que j’ai retrouvé au coeur de cette soirée, c’est la fierté des organisateurs d’avoir réussi à réunir des personnes de tous les âges et de toutes les cultures.
Pour les habitants qui ne pouvaient pas se déplacer, un repas leur était livré au domicile, le lien était ainsi maintenu.
Et si la fête battait son plein à l’intérieur, à l’extérieur, les adultes se relayaient pour marquer leur présence, et dissuader, si nécessaire, les éventuelles tentations de dégradations.

Les pétards partis en fumée, représentent des sommes astronomiques, et nous ne pourrions chiffrer cela.
Mais quel est le véritable coût des éclairages de Noël ?
Et que représente la totalité de l’investissement des personnes bénévoles tout au long de l’année ?
Et si toutes ces fusées s’élançant dans le ciel étaient bien plus que des messages de détresse. Plutôt des signes d’espoir d’une réelle « bonne année » pour tous ?

Que ces fusées ne soient pas simplement parties dans le vide.
Que 2007 soit l’année d’un vrai changement, l’année de la fraternité, de la solidarité, de l’égalité des droits et de la lutte contre toutes les exclusions.

Zoubida Naili

Une réponse à 2007. Nous y sommes.

  1. Fiona
    07 Jan 2007
    17 h 46

    Pour tout ceux qui veulent que la gauche se rénove :

    http://www.renovaction-socialiste.org/

    RS National

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *